SITE DE PORTRAITS

 Reed Smith Paris 

Equipe ENR : Technicité & esprit d’équipe

Le département « énergies et ressources naturelles » (ENR) du bureau parisien de Reed Smith repose sur deux axes forts : l’arbitrage, pilotée par Peter Rosher et Clément Fouchard d’un côté, le droit public menée par Nicolas Walker de l’autre. Une équipe aux compétences multiples dont la notoriété ne cesse de grandir ces dernières années. Au cœur de cette montée en puissance : une expertise technique reconnue, une très forte culture internationale et, surtout, un esprit d’équipe à part. Rencontre.

Mars 2022

Ici, les dossiers traités sont d’envergure – jusqu’à 1,6 milliards d’euros pour certains – ; les uns portent sur des projets nucléaires ou renouvelables, les autres sur des contentieux en Afrique ou au Qatar… certains ont une portée politique, tous ont une dimension stratégique. Normal, ici on fait de l’arbitrage international. Mais aussi du droit public, du droit de l’environnement et du droit de l’urbanisme, en conseil et en contentieux . Principalement sur des dossiers de haut vol. De ceux qui, d’ordinaire, impliquent postures formelles et rapports strictement hiérarchisés. Sauf qu’ici, on est au sein du département ENR – pour Energy & Natural Ressources – du bureau parisien de Reed Smith. Et quels que soient l’importance du dossier et la taille des enjeux, on a choisi de fonctionner à l’humain, tout simplement. Avec une liberté dans le ton et une simplicité dans les relations qui constituent un des leviers de performance de cette équipe de trois associés et huit collaborateurs. Ils en sont convaincus : « un avocat ne peut se contenter d’être un technicien du droit mais doit avoir des compétences complémentaires ».

« Pouvoir faire appel aux compétences de l’équipe monde change tout. Cela renforce notre côté opérationnel, rapide, efficace » 


Peter Rosher

Haute technicité

Parmi celles-ci, une culture générale de la prévention du risque permettant d’intervenir en amont du litige, de la réactivité et du pragmatisme puisque « le client – principalement de grandes entreprises – ne veut pas un avis juridique de vingt pages mais quon lui dise oui ou non et pourquoi », et une excellente maîtrise des enjeux commerciaux comme des problématiques juridiques. Tout cela, ils l’ont – « On na pas besoin de nous expliquer les aspects techniques sur des sujets d’énergie ou de construction, on connaît », résume Clément Fouchard – ainsi qu’une solide complémentarité entre collaborateurs et, pour la valoriser, une réelle cohésion de groupe.

« Pour mener à bien des dossiers de contentieux ou d’arbitrage tels que les nôtres, on a besoin de chaque membre de l’équipe, explique Peter Rosher, pionnier du département ENR qu’il crée à son arrivée au cabinet parisien, en 2017. « Ici, même les plus jeunes maîtrisent les aspects techniques. »

Associé au sein du cabinet d’expertise comptable Finexsi, Olivier Peronnet en fait l’expérience au cours d’un arbitrage pour un client commun. « Il y a au sein de cette équipe une profonde rigueur intellectuelle et une grande compétence technique, raconte-t-il. Surtout, on sent entre associés une vraie complémentarité ; chacun fait preuve dautonomie en même temps que lesprit collectif est palpable ». Ce même esprit sur lequel le département s’est construit et qui, aujourd’hui, fait la différence.

« Il y a au sein de ce département un dynamisme fou et un esprit de corps immédiatement perceptibles ; une confiance mutuelle qui nous permet de co-construire » 

Clément Fouchard

Esprit de corps

Artisan historique de cette culture de groupe, Peter Rosher résume : « Notre force tient à un haut niveau de connaissance technique, à des collaborateurs soudés et portés par des valeurs partagées, à une dimension « expert » et à un ancrage à linternational ». De quoi assurer à cette équipe pas tout à fait comme les autres, au-delà d’un haut niveau d’expertise, une fluidité de fonctionnement qui, en interne comme auprès des clients, va rapidement agir en levier de fidélisation. Arrivé deux ans après Peter Rosher, Clément Fouchard, comme lui ancien de Clifford Chance, raconte : « Il y a au sein de ce département un dynamisme fou et un esprit de corps immédiatement perceptibles, une confiance mutuelle qui nous permet de co-construire, explique-t-il. Cest ce qui ma tout de suite attiré et cest aussi ce qui plait aux clients ». Et cela paye ! Au niveau global, Reed Smith figure aujourd’hui parmi les trente premiers cabinets d’arbitrage international au monde

De g. à d., Peter Rosher, Nicolas Walker, Clément Fouchard

Tout comme l’attachement fort à cette notion de diversité qui, elle aussi, la caractérise. Un côté « Bring yourself to work » très anglo-saxon, note Nicolas Walker qui a exercé 8 ans au sein du cabinet avant d’être nommé associé au début de l’année 2022. Les sujets de prédilection de ce dernier ? Le droit de l’urbanisme, de l’environnement, de l’énergie, et de la construction, très souvent pour les acteurs du secteur du numérique, des énergies nouvelles ou de l’immobilier.. Et ce n’est pas tout. Son équipe dispose d’une expertise de pointe sur des sujets liés à l’économie circulaire, comme celui des outils technologiques de notre quotidien. « Nous sommes un des rares cabinets de la place à connaître intimement les enjeux juridiques derrière la question de la durée de vie des appareils électriques et électroniques, de leur réparabilité, de la gestion des déchets… Nous sommes, à ce titre, régulièrement sollicités pour mener des négociations délicates avec l’Etat et les instances européennes. »

Investi au sein du cabinet d’abord en tant que collaborateur, puis Counsel, et aujourd’hui, comme associé, Nicolas Walker se plaît dans cette maison où chacun est invité à venir travailler tel qu’il est vraiment. « Avec lintégralité de sa personnalité et de ses idées ». « En France cela nest pas encore tout à fait habituel, surtout dans un cabinet davocats, souligne-t-il. Ici, cest perçu comme un plus. Voire comme un prérequis. » Un ingrédient de cohésion clé au sein de ce département où, partout, on sent fierté et reconnaissance. « On a monté l’équipe, rappelle Clément Fouchard. On sest investis dune manière extraordinaire et chaque collaborateur sest approprié les valeurs du cabinet. »

« Ce qu’on a réussi à faire en termes de pratique et de visibilité, c’est énorme » 

Nicolas Walker 

Multiculturalisme

Tout comme cette dimension internationale profondément ancrée dans la culture des lieux où chacun entretient avec les autres bureaux de la firme – à Londres, à Singapour, à Dubaï, à New-York… – une « connexion étroite » dans laquelle Peter Rosher voit un avantage concurrentiel supplémentaire. « Une dimension internationale grâce à laquelle toutes les subtilités juridiques sont maîtrisées, explique-t-il, soulignant que le soutien des autres bureaux du cabinet « change absolument tout ».

« Cela renforce notre côté opérationnel, rapide, efficace ». Et contribue à cette montée en puissance opérationnelle à laquelle, désormais, s’ajoute une reconnaissance nouvelle. Celle qui, alimentée par les initiatives des uns et des autres – publications dans des revues spécialisées, webinars, organisation de la Paris Arbitration Week, création de l’association AfricArb pour promouvoir le recours à l’arbitrage sur le continent africain et garantir un accès facilité aux textes de loi… – et boostée par la nomination, en janvier dernier, de Peter Rosher comme Global Chair de la pratique arbitrage international de Reed Smith, place le département sous un jour nouveau. « Pour le cabinet et pour lEurope, cest un signal fort, souligne Clément Fouchard. Cest comme ça que la marque s’élève ». Nicolas Walker renchérit. « Ce quon a réussi à faire en termes de pratique et de visibilité, conclut-il, cest énorme ». Rien de moins.