SITE DE PORTRAITS

TOGO

Gagnon Yawo Toble : La rigueur togolaise 

Figure marquante du monde des affaires au Togo, Gagnon Yawo Toble s’inscrit comme un des avocats les plus influents du pays. Avec sa rigueur et sa force de travail, il accompagne des entreprises nationales de premier plan — Sociétés maritimes de transport, de logistique, de consignation et de transit, banques, assurance, groupes pétroliers…— et conseille des groupes internationaux qui souhaitent s’implanter sur le sol togolais. Il est également un fervent défenseur du droit OHADA (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires). Portrait d’un bâtisseur. 

Mars 2021

Son nom ? Gagnon Yawo Toble. Sa qualité première ? Sa rigueur et sa disponibilité. « On peut échanger avec lui à n’importe quel moment. C’est un conseil qui ne compte pas ses heures », assure Raoul de Souza, le directeur juridique de Orabank Togo qui sollicite quasi quotidiennement le savoir-faire de l’avocat. Une disponibilité pour ses clients que confirme sa consœur et associée, Emilie Akossiwavi Mélégna Azibli-Wolou, qui travaille à ses côtés depuis plus de 20 ans : « C’est un grand bosseur qui, au quotidien, fait preuve d’une profonde gentillesse et d’une grande courtoisie à l’égard de tous ses interlocuteurs. Il a réussi à créer un cadre familial au sein du cabinet ». De quoi positionner SCP Toble & Associés comme une référence dans le monde des affaires au Togo et dans les pays limitrophes. 

« C’est un grand travailleur qui, au quotidien, fait preuve d’une profonde gentillesse et d’une grande courtoisie à l’égard de tous ses interlocuteurs »

Emilie Akossiwavi Mélégna Azibli-Wolou, associée,
SCP Toble & Associés 

Ouverture 

Il faut dire que Gagnon Yawo Toble a le métier d’avocat dans la peau. Depuis toujours, ce togolais rêve de porter la robe. Pas forcément pour accompagner des sociétés bancaires et autres multinationales désirant s’implanter sur le territoire africain, mais plutôt pour « défendre les causes et aider ceux qui sont en difficulté ». Dans le cadre de ses études, il s’intéresse ainsi d’abord au droit pénal avant de s’ouvrir progressivement au droit civil. Bénéficiant d’une coopération entre le barreau de Paris et le barreau du Togo, le jeune togolais saisit l’opportunité et réalise son stage de fin d’études à Paris.

Une découverte du droit français et de l’atmosphère des cabinets tricolores qui lui permet d’acquérir une réelle ouverture d’esprit : « Cet épisode a élargi mon horizon. J’ai découvert des choses et des méthodes de travail très importantes pour la suite de ma carrière », note l’avocat. Jusqu’à lui donner envie d’exercer à l’étranger ? Pas une seconde. « Je veux être avocat au Togo », assure l’homme viscéralement attaché à ses racines. 

S’adapter aux besoins des clients 

S’il garde un goût et un attrait pour le droit pénal, Gagnon Yawo Toble est pragmatique. Il le sait : au Togo, l’avocat doit s’adapter aux besoins de ses clients. En tant que stagiaire, déjà, il apprend les bases du métier et intervient comme généraliste. « Nous sommes formés pour être en mesure de répondre à toutes les problématiques juridiques soulevées par nos clients », assure celui qui exercera pendant 10 ans auprès de son ancien maître de stage, un des avocats les plus chevronnés du pays. Un homme inspirant qui lui donnera les clés pour appréhender la profession avec confiance. « Je suis, en quelque sorte, devenu son fils ainé. Il m’a tout transmis » explique Gagnon Yawo Toble qui garde en mémoire un dossier d’envergure qui l’a conduit à assurer la défense du directeur général d’une célèbre banque togolaise aux côtés de son mentor. 

Une structure généraliste

Pendant 10 ans, l’avocat apprend les rouages du métier et se forge un nom au sein du monde des affaires au Togo. De quoi le convaincre de lancer sa propre structure en 1997. Pas question de mettre sur pied un cabinet de niche. Gagnon Yawo Toble décide de créer une structure généraliste. Celle-ci compte toutefois une équipes de spécialistes. Au total, le cabinet réunit aujourd’hui 12 professionnels du droit et accompagne principalement des sociétés maritimes, des banques, des sociétés d’assurance ou encore des groupes pétroliers. « Il connaît parfaitement le droit et englobe tous les domaines du droit des affaires, témoigne Raoul de Souza. Je sais que je peux lui faire entièrement confiance. Il est passionné et se donne à fond pour ses clients. Dès que j’ai un dossier compliqué à traiter, que ce soit en conseil ou en contentieux, c’est avec lui que je travaille. Il ne laisse aucun détail de côté. »

« Avec lui, les mots sont employés à bon escient et au bon moment. C’est un homme qui parle peu, mais lorsqu’il parle, c’est avec une grande précision » 

Raoul de Souza, directeur juridique,
 Orabank Togo

Homme de terrain 

Une dynamique florissante impulsée par le gérant qui bénéficie aujourd’hui d’une réputation solide. A la fois pour sa capacité de conseil, mais aussi pour ses talents de plaideur. « Il est calme et plutôt penché vers la négociation, note son associée. Ce qui ne l’empêche pas d’intervenir en contentieux, lorsque cela est nécessaire. Il est d’ailleurs très éloquent. » Même constat pour  Raoul de Souza : « Avec lui, les mots sont employés à bon escient et au bon moment. C’est un homme qui parle peu, mais lorsqu’il parle, c’est avec une grande précision. » Ambitieux, l’avocat a par ailleurs l’intention d’ouvrir une antenne dans d’autres pays de l’OHADA. Un droit qu’il défend avec ferveur dès qu’il le peut lors de conférences. « C’est une chance inestimable de pouvoir s’appuyer sur ce droit qui permet à dix-sept pays de bénéficier d’un cadre juridique commun. » L’objectif de ce droit récent salué par tous les juristes de l’Afrique de l’Ouest ? Rassurer les investisseurs étrangers en leur promettant un environnement juridique et judiciaire sécurisé. Acteur clé dans le développement de l’économie de sa région, Gagnon Yawo Toble tient à rester un homme de terrain. Raison pour laquelle il n’a pas l’intention de se présenter à un quelconque rendez-vous électoral. L’homme agit dans l’ombre. « Je travaille pour apporter ma pierre à la construction de mon pays », assure celui qui tient à conserver son équilibre. Pas question, malgré la charge de travail, de sacrifier ses loisirs. L’avocat aime voyager et jouer au football chaque semaine. « Il sait s’accorder des pauses et se faire plaisir, c’est important pour son équilibre et celui du cabinet », note son associée. Prometteur. 

« On peut échanger avec lui à n’importe quel moment. C’est un conseil qui ne compte pas ses heures »

Raoul de Souza, directeur juridique,
 Orabank Togo